Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : page
  • 21 queries in 0,136 seconds.
  • Memory usage : 6.09 MB with peak 6.35 MB.

TEST MA PAGE.PHP

Philippe De Jonckheere

philippejonckheereOFF1951, Robert Frank prend une petite fille en photo dans les rues de Paris. Cette petite fille sera ma mère.
Né le jour de la 1964ème commémoration du massacre des innocents.
Entrée en 1986 à L’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris où je perds un peu de temps faute de recevoir l’enseignement que j’étais venu y chercher. Les professeurs de photographie sont des photographes stricto sensu, c’est dire.
En 1988, deux ans d’études à The School of the Art Institute of Chicago, où je reçois notamment l’enseignement de Barbara Crane, Joyce Neimanas, Ken Josephson, Karen Savage et Bart Parker, je rattrape amplement le temps perdu aux Arts Décos.
En 1990, je suis l’assistant de Robert Heineken, j’assiste à des miracles tous les jours.
Fin 1991, retour en France, les choses vont mal.
En 1993, à la suite d’un deuil, je commence à écrire, force est de constater que je ne sais pas écrire, mais je m’obstine, comme en toutes choses.
1995, Mai de la Photo à Reims, seule exposition d’envergure, l’exposition est censurée. Ça foire, comme en toutes choses.
En 1995, je pars à Portsmouth en exil. Je fais les trois huit, travail alimentaire, sommeil, travail dans l’atelier ou travail alimentaire, travail dans l’atelier, sommeil, ou travail dans l’atelier, travail alimentaire, sommeil.
En 1998, retour en France, je ne fais plus de photographie, presque plus, je continue d’essayer d’écrire, je fais des petits progrès. J’habite à la campagne.
En 1999, j’achète un ordinateur personnel, j’apprends à m’en servir en apprenant à écrire, de même que j’apprends à écrire en apprenant à me servir de mon ordinateur. 1999: Naissance de Madeleine Hannah De Jonckheere.

En 2000, je construis un site Internet, le Désordre. C’est très long. Je me couche souvent très tard. Ça foire pas mal, mais je m’entête.

En 2002, je reçois le prix multimédia de la Société des Gens de Lettres, ça ne foire pas tout le temps.
En 2002, je tiens le journal de cette existence désordre, le bloc-notes du désordre, étonnant succès.

En 2004, je reçois des lettres très encourageantes d’éditeurs mais qui ne proposent pas de projet d’édition. Ça foire encore un peu.

Finalement, Adèle est née le 9 avril 2004, Nathan est enfin diagnostiqué autiste et mon père est opéré du coeur, les trois plus ou moins le même jour, c’est tout moi.
Le journal de cette aventure est publié en 2008 par François Bon sur publie.net.

En mai 2009, je participe à la grande rétrospective du Terrier au Nova de Bruxelles.
Fin 2009, je travaille à l’iconographie et à la réalisation du numéro 109 de Manière de Voir (Monde diplomatique) : Internet, révolution culturelle.

Depuis fin 2010, je travaille au spectacle Formes d’une Guerre avec l’écrivain François Bon et les musiciens Dominique Pifarély et Michele Rabbia.

En 2012, Publication de Robert Frank, dans les lignes de sa main, Publie Papier.

Philippe, film d’animation de trois minutes sur une musique d’Elémarsons. Un an de prises de vue, trois minutes d’animation. On ne rit pas.

Invité envouté de Marie Richeux sur France Culture pour son émission Pas la peine de crier du 10 septembre 2012.

En 2013, nouveau spectacle avec François Bon en lecteur de mon texte intitulé Contre et Dominique Pifarély, violon. Succès critique et salle (presque) pleine.

Work in progress : film d’animation (moyen métrage) avec musique de Michele Rabbia, deux projets de roman (Une fuite en Egypte et Portsmouth) en attente de publication chez Publie Papier, projet de spectacle installation avec Dominique Pifarély, publication de Contre et My Pictures.

«Toujours garder un fer au feu» (Robert Frank)