Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/woocommerce/single-product.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : product
  • 22 queries in 0,174 seconds.
  • Memory usage : 6.03 MB with peak 6.25 MB.

SINGLE-PRODUCT.PHP
CONTENT-SINGLE-PRODUCT.PHP
conversations

Conversations Warhol – Burroughs

Andy Warhol et William S. Burroughs

16.00€

Durant l’année 1980, Victor Bockris a organisé et enregistré quatre rencontres entre William Burroughs et Andy Warhol. Des rencontres informelles qui eurent lieu à la Factory et dans des restaurants new-yorkais. Le pape du Pop Art et la figure de la Beat Generation avaient forcément des choses à se dire. Il prétend que c’est Andy Warhol qui lui a appris à mener une interview. Son conseil : « Ne prépare jamais tes questions. Fais comme s’il s’agissait d’un cocktail. »

Warhol et Burroughs, au cours de ces quatre rendez-vous, vont faire ensemble le tour de la Factory, discuter l’œuvre que Warhol vient d’achever, parler de tout, de rien, de culture, de sexe, d’amour, de drogues et de vodka-tonic. Parfois, à leur table, d’autres personnalités, de passage, s’invitent. C’est ainsi que Mick Jagger apparaît, en guest star de luxe.

Agrémenté d’une cinquantaine de photos, ce livre inédit balaie largement le paysage culturel, capte l’ambiance, l’effervescence de ce début de la décennie 1980 et témoigne d’une amitié naissante, d’une complicité entre ces deux grandes figures de la culture américaine.

Traduit par Jérôme Schmidt et Nicolas Richard

Produit épuisé

Description du Produit

« Le résultat est surréaliste et désopilant. Les deux compères comparent la démarche sensuelle de Richard Gere et deJohn Travolta, s’opposent sur le régime alimentaire, le lifting du visage et les implants capillaires de Truman Capote, devisent sur l’utilité de sortir armé le soir dans New York. Warhol ne comprend pas pourquoi les garçons ne peuvent pas avoir d’enfants. Burroughs pose devant le portrait de Kafka sur lequel travaille le peintre. Il évoque ses années de bonheur à Chicago lorsqu’il était exterminateur de cafards. Puis on discute du roman sur lequel il travaille, La Cité de la nuit écarlate. Le sujet? La «transplantation de cerveaux».Allen Ginsberg, David Bowie, Susan Sontag, John Giorno ne sont jamais loin. Mick Jagger et Jerry Hall se rendent à un dîner chez ­Burroughs. La nourriture est infecte, la soirée une catastrophe. La discussion s’embourbe sur la date anniversaire des Rolling Stones et la Révolution culturelle. Les photos prises dans la cuisine de Burroughs évoquent au mieux une réunion d’extraterrestres, au pire l’invasion de zombies. (…) Sept ans après ces rencontres mémorables, Warhol passait de l’autre côté du miroir. Le vieux Bill attendrait encore dix ans pour le rejoindre et poursuivre leurs conversations entre fantômes. »

Le Figaro

« Quand l’auteur culte du Festin nu croise le fameux portraitiste de Marilyn Monroe et des bananes, de quoi peuvent-ils bien se parler ? On le saura en se plongeant dans les très singulières Conversations entre William S. Burroughs et Andy Warhol, retranscrites par le journaliste Victor Bockris. Collaborateur de la fameuse revue Interview, celui-ci était présent lorsque ces deux monstres sacrés de la pop culture se sont rencontrés – à quatre reprises -, lors de l’année 1980, croisant au passage quelques stars comme Mick Jagger. Entre deux verres de vodka, ils parlent du temps qui passe, de la mort, de l’héroïne, des attributs sexuels de certains de leurs amants, mais aussi de la bonne utilisation d’une canne, du pâté de faisan ou du lapin à la moutarde. A travers ces discussions parfois très anecdotiques, toute une époque révolue se révèle. Foutraque et passionnant. »

L’Express

« Quant à nos héros, le match tourne très vite à l’avantage de Burroughs, qui, une fois lancé, fait montre d’une créativité et d’une fantaisie sans pareilles. Il y a là un écrivain, imaginatif et radical, que la notoriété ne cantonne pas à la répétition des formules à succès : les Cités de la nuit écarlate viennent de paraître, et Burroughs affirme que sa puissance de rupture n’est ni négativité ni dérision. Warhol compte les points, plus attentif à l’air du temps. De beaux morceaux d’histoire de la culture, mis en livre à l’initiative d’enthousiastes éditeurs français : en soi, c’est déjà un cadeau. »

L’Humanité

« Ce livre est un rêve qui se réalise. Celui d’être une oreille invisible qui écoute, boit, se goinfre des conversations privées de deux idoles inatteignables (et mortes, de toute façon). Andy Warhol et William S. Burroughs, le pape du pop art et le plus sombre des trois anges créateurs de la Beat Generation, deux monstres sacrés de l’Amérique, du monde et du siècle. (…) Aucune perte dans la transmission (ou la traduction), la vérité, toute la vérité et rien qu’elle. Sur la culture, l’art, le sexe, l’amour, la drogue. Le tout dans une ambiance ouatée et vintage « so années 1980″, celle de l’appartement de Burroughs, d’un restaurant chinois sinistre de la 44e ou de la Factory de Warhol. Fascinant. »

Le Point

Information Complémentaire

Poids 0.275 kg