Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/woocommerce/single-product.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : product
  • 25 queries in 0,602 seconds.
  • Memory usage : 12.78 MB with peak 12.94 MB.

SINGLE-PRODUCT.PHP

Eclats d’Amérique (chronique d’un voyage virtuel)

Olivier Hodasava

9.99

[EDITION NUMÉRIQUE]

« J’ai poursuivi ma virée en ville. Dans Broadway Street, pour la première fois de ma vie, je suis entré dans une boutique de prêteur sur gage – c’était un tout petit établissement collé à un atelier de cordonnier ; c’est peut-être parce que c’était petit que j’ai osé rentrer. J’avais peur qu’à peine la porte passée on m’assaille de questions : qu’est-ce que je voulais refourguer ou encore acheter ? Mais le type derrière son comptoir a à peine daigné lever les yeux pour me saluer. Il était trop occupé à aligner des colliers sur un présentoir débité dans une planche de contreplaqué couverte de velours. À ses côtés, était assis un gamin, dix ans à tout casser, cheveux dans les yeux, chemise à carreau sur un teeshirt Red Hot Chili Peppers. Il était installé sur un tabouret de bar. Il ne faisait rien – il s’ennuyait. »

Aux monuments, aux musées, aux chics avenues des centre-villes, Olivier Hodasa préfère les espaces de peu, de rien : les ronds-points, les zones industrielles, les zones commerciales, les chantiers, les friches, les terrains plus ou moins vagues, les quartiers populaires. Il n’a pas pris l’avion depuis quinze ans mais aime l’idée du voyage, immobile, immatériel, fictif. Être là où il n’est pas, même si sa présence n’est que virtuelle. Voyageur de chambre comme il est des toreros de salon – des types un peu ridicules, certes, mais toujours concernés et follement enthousiastes -, Olivier Hodasava a ainsi arpenté pendant de long mois les cinquante états américains, depuis son seul écran Google Street View. « Eclats d’Amérique » est le récit, fragmenté, de ce voyage virtuel.

Rupture de stock

Description

« Un voyage virtuel plus vrai que tous les carnets de voyage »

— France Inter