Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/woocommerce/single-product.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : product
  • 22 queries in 0,134 seconds.
  • Memory usage : 6.10 MB with peak 6.32 MB.

SINGLE-PRODUCT.PHP
CONTENT-SINGLE-PRODUCT.PHP
capture-decran-2016-09-14-a-11-01-10

Panique à Needle Park

James Mills

17.90€

New York, 1967. Alors que le Summer of Love de la côte Ouest des USA, avec ses drogues hallucinogènes et ses communautés Flower Power, continue à se bercer d’illusions, la réalité urbaine new-yorkaise est tout autre : Manhattan est balayée par une épidémie d’héroïnomanie qui touche toutes les classes sociales. À Sherman Square, baptisé par les junkies le « parc aux seringues » (Needle Park), Bobby lutte pour se payer ses doses, à force de rapines, prostitution ou petits boulots. Il rencontre Helen, une jeune étudiante bohème dont il tombe follement amoureux… Bobby va vite initier Helen à l’héroïne et à son quotidien de galère. Mais dans les rues froides de New York, un drame se noue : une pénurie de drogue sans précédent. Panique à Needle Park, porté à l’écran par Jerry Schatzberg avec Al Pacino dans le rôle de Bobby, est le récit de la chute éperdue de ces deux jeunes amants idéalistes, de l’inexorable pourrissement de leur histoire d’amour dans l’enfer de la toxicomanie. James Mills, auteur du roman original, inédit en français, signe ici un texte fort et poignant, instantané d’une époque pas si lointaine, l’héroïne revenant en force depuis deux ans dans le paysage urbain américain.

« Ici, je ne peux faire confiance à personne. Sauf à Helen. Et même elle… la dernière fois, elle m’a menti, trahi. Combien de fois je suis resté seize, voire dix-sept ou dix-huit heures à l’attendre alors qu’elle avait disparu je ne sais où. Je sais bien qu’elle n’a pas pu s’absenter aussi longtemps sans se faire un fix. Elle pourra bien me dire tout ce qu’elle voudra à son retour, mais je la connais. Elle va revenir et m’assurer qu’elle ne s’est pas défoncée. Tu parles, elle est encore complètement déchirée. Mais ce n’est pas grave, je laisserai tomber, comme toujours. »

Description du Produit

« Je te le dis, les toxicos, c’est des animaux. Et moi je suis un animal comme les autres, parce que je boufferais n’importe qui pour une dose. »