Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/woocommerce/single-product.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : product
  • 25 queries in 0,545 seconds.
  • Memory usage : 12.78 MB with peak 12.97 MB.

SINGLE-PRODUCT.PHP

Partages

André Markowicz

21.90

(parution le 26 août 2015)

Partages est le journal de traduction d’André Markowicz, un journal qui court sur une année. André Markowicz y dit notamment la minceur de la ligne de partage entre le métier d’écrivain et celui de traducteur. Il nous plonge, comme jamais, au coeur des questions qui jalonnent une vie d’écriture et de traduction.

« Partages est le journal d’un écrivain qui se retourne sur son travail de traducteur, sur ses origines, sur ses lectures, sur la vie qui l’entoure. C’est une tentative, aléatoire, tâtonnante, de mise en forme du quotidien, autour de quelques questions que je me suis trouvé pour la première fois de ma vie en état de partager avec mes lecteurs, mes “amis inconnus”. Quelle langue est-ce que je parle ? C’est quoi, parler une langue ? Qu’est-ce que cette “mémoire des souvenirs” ? Qu’est-ce que j’essaie de transmettre quand j’écris, mes poèmes et mes traductions ? – C’est le reflet, que j’espère partageable, d’une année de ma vie. »

Rupture de stock

Description

Le Monde

«[ …] son territoire c’est la traduction. Lui qui est né d’une mère russe et d’un père français d’origine polonaise, qui […] ne s’est jamais senti ni vraiment russe ni vraiment français. Sa vraie terre au fond, c’est le pays de l’entre-deux. Entre deux langues. Entre deux systèmes de pensée… » Florence Noiville, le 15 octobre

Libération

« Ce pourrait être plusieurs livres tant Partages navigue entre des souvenirs, des établis de traduction, des «dossiers» dépoussiérés, des lectures, des poèmes maison, des histoires juives. Rien n’est bâclé, effleuré ou allusif. On y sent une exigence permanente de conférer de l’épaisseur, du sens et des détails. Sans en avoir l’air, Markowicz livre ses mémoires. Jamais il ne l’aurait fait de manière classique. On apprend et on devient en vivant » Frederique Roussel, le 6 nov.