Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/single.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : post
  • 31 queries in 0,605 seconds.
  • Memory usage : 12.77 MB with peak 12.95 MB.

Les livres auxquels vous avez échappé (1) : Un chic type (sur Mouammar Kadhafi)

chictypeEn 2008, les éditions inculte avaient fait leur premier pas dans le domaine de l’écriture collective avec un livre, autour d’une figure mythologique, celle de la playmate Anna Nicole Smith, récemment disparue. Au final était paru un roman polyphonique librement inspiré de la vie de cette Marilyn Monroe trash, qui rendait corps à cette trajectoire digne d’un Zola des temps modernes. Le bilan de cette expérience d’écriture à plusieurs mains (une douzaine d’auteurs au total) était des plus réjouissants, aussi bien en termes de processus que de rendu final et d’accueil du public, des libraires et de la presse.

Une année plus tard, le collectif inculte se met au travail avec quelques auteurs supplémentaires pour appliquer ce même principe de roman polyphonique basé sur une documentation stricte et un travail littéraire autour de la figure de Kadhafi. À l’époque, celui-ci vient d’être accueilli en grande pompe à l’Élysée, avec ses Amazones. L’homme, dictateur reconnu, joui toujours d’un poids fort en Occident. Arno Bertina, Jean-Marie Blas de Roblès, Frédéric Ciriez, Claro, Mathias Énard, Claire Fercak, Hélène Gaudy, Maylis de Kerangal, Mathieu Larnaudie, Alban Lefranc, Stéphane Legrand, Renaud Pasquier, Christophe Paviot, Oliver Rohe et Philippe Vasset se mettent ainsi au travail autour de cette figure.

Très vite se dégagent deux tendances : appliquer la méthode biographique déjà utilisée pour le précédent livre ou instaurer un cadre fictionnel permettant d’étudier la figure du Guide de la révolution libyenne. C’est cette deuxième solution qui est choisie après de nombreux débats. La présentation envoyée aux auteurs est ainsi la suivante : Dans un manoir écossais reconverti dans l’hôtellerie de luxe et dans « l’événementiel », un grand colloque international est organisé à l’occasion du quarantième anniversaire du coup d’État du 1er septembre 1969, marquant l’accession de Mouammar Kadhafi au pouvoir en Libye et le début de son régime. Pendant trois jours, des scientifiques, des chercheurs, mais aussi des diplomates et des artistes se succèdent pour évoquer les différentes facettes du personnage historique Kadhafi, la forme paradoxale, à la fois démesurée et inquiétante, d’icône populaire qu’il incarne, en même temps que la société et la géopolitique de la Libye.

Les auteurs se partagent alors un corpus documentaires (écrits de Kadhafi, données historiques, livres critiques sur le sujet, etc.) et six mois plus tard, au printemps 2009, une première version du livre est prête. Pourtant, très vite, à la relecture, ce n’est pas la qualité des textes qui est mise en doute, mais le projet lui-même : peut-on vraiment appliquer le même traitement mythologique à un dictateur qui a fait des centaines de milliers de morts ? Ne risque-t-on pas de tomber dans un certain cynisme pop facile et sans fond ? Le manuscrit est discuté à de nombreuses reprises, remanié, soumis à nouveau aux membres du collectif, puis mis de côté, car il ne nous semble pas bon de l’éditer en l’état. Quelques années plus tard, alors que le régime libyen fuit de toute part et que Kadhafi se retrouve à nouveau en Une des journaux, de nombreux médias nous contactent pour recevoir ce manuscrit jamais paru mais toujours référencé dans les bases de données. Le manuscrit, maquetté et corrigé, restera là où il est depuis 2009 : au fond d’un dossier « Projets en cours ».