Infos admin for user id=0

  • Current template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/single.php
  • Page template : /home/inculte/www/wp-content/themes/inculte/page.php
  • Post type : post
  • 33 queries in 2,030 seconds.
  • Memory usage : 12.81 MB with peak 13.01 MB.

wet_goddess

Les livres auxquels vous avez échappé (2) : La Déesse humide – confessions de l’amant d’un dauphin

wet_goddessC’est, comme souvent, un article dans la presse étrangère qui nous donne l’idée d’un projet de livre, en 2010 : un long papier évoque l’expérience au-delà du réel de Malcolm Brenner, désormais sexagénaire, qui a couché sur papier (en auto-édition électronique) son histoire de couple dans les années 1970 avec… un dauphin.

Brenner est un pur produit de la côte Ouest américaine et de sa culture hippie. Au début des seventies, il va ainsi vivre une relation passionnelle de plusieurs mois avec un dauphin. Ce sera la pierre angulaire de toute son œuvre critique à venir, depuis son premier livre Mind in the Waters, a Book to Celebrate the Consciousness of Whales and Dolphins en 1974 à The Wet Aliens (1978), Dolphin (1979) et enfin The Wet Goddess (littéralement la « Déesse humide »), son autobiographie zoophile.

Après avoir acheté le livre en ligne, force est de constater que ce livre aux allures de parodie n’en est absolument pas une. C’est une histoire d’amour, assez mal écrite, narrée au premier degré et à la première personne qui commence par une confession « Je ne pensais jamais tomber amoureux d’un dauphin […] je n’avais pas été préparé à vivre une histoire passionnelle avec un tel partenaire, à être son amant le plus dévoué. » Après quelques rapides recherches quant à la véracité de l’histoire (prouvée), on comprend également assez vite que la mythologie du dauphin, meilleur ami de l’homme, se heurte à une sexualité animale parfois violente envers les humains, comme en témoignent des vidéos sur internet (tapez « dolphin sex » ou « dolphin rape »).

Le reste du livre est à l’envi : un ovni qui va faire au bout de quelques mois le tour du monde après la publication d’un article satirique dans le Huffington Post, repris très vite par le New York Times, le Guardian et, en France, Les Inrockuptibles. L’intérêt documentaire ou littéraire du manuscrit étant mineur, le projet se réduit très vite à une blague, où nous imaginons l’équipe commerciale de notre diffuseur se débattre pour tenter de vendre le livre aux libraires de France, de Suisse et de Belgique…